dimanche 11 octobre 2020

Abdelhaq AL FAHSI, prisonnier politique rifain - Maroc

 

Abdelhak El Fahsi, 21 ans, prisonnier politique rifain du Hirak

Date de naissance: 14/03/1999 à Mhajer, Province Driouch Maroc

Arrestation: 19/08/2017

Jugement en 1ère instance: 12 ans ferme

Jugement en appel: 10 ans ferme

Prison: Selouane - Nador

                             ---------------------------------------------------------------

Abdelhak El Fahsi a entamé une grève de la faim le 07 octobre. Son état de santé est préoccupant car il  n'en est pas à sa première grève de la faim. C'est la 5ème qu'il mène pour réclamer des conditions d'incarcération dignes. Sa première grève de la faim a eu lieu une semaine après son jugement à 12 ans de prison ferme. Il en sort à chaque fois un peu plus affaibli physiquement mais la volonté et la force de savoir qu'il défend une cause juste sont toujours présentes. 

Abdelhak El Fahsi, comme tous les autres prisonniers du Hirak, a été arrêté pour des motifs fallacieux et a écopé d'une peine de prison très lourde prononcée à la suite d'un procès kafkaïen.
Le Hirak est un mouvement social, populaire et pacifique qui revendique des infrastructures économiques, hospitalières et universitaires dans ce Rif oublié des autorités marocaines. Ces revendications peuvent se décliner dans d'autres régions marocaines où des Hiraks ont également vu le jour.
La pandémie du Covid-19 a prouvé que les infrastructures hospitalières étaient très insuffisantes au Maroc et de façon encore plus flagrantes dans le Rif.


Le 28 octobre sera commémoré le 4 ème anniversaire de la mort tragique de Mohcine Fikri qui a été un catalyseur au mouvement du Hirak. Cette commémoration sera une occasion de plus pour demander la libération de tous les prisonniers politiques marocains en plus de ceux du Hirak. A ce jour ils sont 25 prisonniers politiques rifains à purger des peines allant de 3 ans à 20 ans ferme dans des conditions de détention qui vont à l'encontre de toutes les conventions internationales signées par le Maroc dans ce domaine.

Le gouvernement marocain ne pourra pas indéfiniment gérer les contestations et les revendications par la terreur de l'emprisonnement, que ce soit les citoyens lambda ou les journalistes qui eux aussi payent un lourd tribu en continuant à exercer leur liberté d'expression. 



Liste établie par Rachid Oufkir


Liens utiles

https://www.youtube.com/watch?v=WmR7zb3gmhs (Enregistrement audio de Nasser Zefzafi)

https://www.facebook.com/lerifdebout

https://www.facebook.com/csmr.lyonarobasegmailpointcom

https://www.facebook.com/csmrparis

dimanche 20 septembre 2020

Paul Bakote, mort pour la France le 14 Septembre 1944








Le soldat Paul Bakoté sera honoré le 21 septembre 2020 à Villeurbanne.

A l'initiative de Jean-Eric SENDE, les associations du collectif Africa 50 et l'Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre (ONACVG) du Rhône organisent une cérémonie pour commémorer le centenaire de la naissance de Paul Bakoté.

Ceci faisant écho à la volonté du président Emmanuel Macron de ne pas oublier ces héros, ces soldats Africains qui ont participé à la libération de la France. Volonté exprimée lors de son discours du 15 Août 2019 à Saint Raphael dans le cadre du 75ème anniversaire du débarquement des troupes africaines en Provence le 15 Août 1944.

Qui était le soldat Paul Bakote mort le 14 Septembre 1944 après avoir participé à la libération de Lyon et de Villeurbanne? 

Paul Bakoté est né le 21 septembre 1920 à Tseko au Cameroun. Canonnier de 1ère classe, il faisait partie de la compagnie du régiment d'infanterie (CRI) du 1er régiment d'artillerie coloniale (RAC) de la 1ère division française libre (DFL).

Paul Bakote sera de tous les combats au sein de ce régiment en participant à la campagne d'Erythrée, d'Italie en passant par la Libye.

Le 15 Août 1944 le régiment débarque en France à Cavalaire, il participe à la prise de Toulon et remonte la vallée du Rhône. 

Le 2 et 3 septembre 1944 Paul Bakoté participe à la libération de Lyon et Villeurbanne au sein de ce régiment. Il meurt quelques jours après le 14 septembre 1944 par intoxication accidentelle au gaz toxique au fort Saint Irénée à Lyon.

D'abord inhumé à la croix Rousse, sa dépouille sera transférée à la nécropole de la DOUA avec ses frères d'arme.
Paul Bakoté a été reconnu Mort pour la France

La participation des africains dans la libération de la France est encore un pan méconnu de notre Histoire.
Sans glorification excessive ni dénigrement, un devoir de mémoire et de reconnaissance est indispensable pour que tous les français, qu'ils aient ou non des ascendants africains, adhèrent à une Histoire française commune, passée, actuelle et à venir.

Le 21 Juin 2020, Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Armées, a présidé à Chasselay (Rhône) la cérémonie commémorant le 80e anniversaire des massacres des tirailleurs africains par l’armée allemande
En effet entre le 19 et le 25 juin 1940, plus d’une centaine de soldats africains ont été exécutés dans la région et dans les départements voisins.
Geneviève Darrieussecq rendra hommage aux combattants africains victimes de crimes racistes. Elle dévoilera également un panneau retraçant leur histoire et leur rôle dans les combats au service de la France. 















Annonce du centenaire de Paul Bakote VIDEO

Liens utiles

https://www.leparisien.fr/politique/debarquement-de-provence-que-s-est-il-passe-le-15-aout-1944-15-08-2019-8133744.php

https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/15-aout-1944-pieds-noirs-algeriens-marocains-et-senegalais-aux-avant-postes-du-debarquement-de-provence_3575385.html




dimanche 26 juillet 2020

l'Aïd el-Kébir: Acheter un mouton ou aider à combattre la Covid-19?

L'Aïd al Kebir, l'Aïd el Adha ou plus communément appelée en France "la fête du mouton" est une des deux fêtes musulmanes qui aura lieu le 31 Juillet 2020 en France. Cette fête commémore la soumission d'Abraham à qui Dieu aurait demandé le sacrifice de son fils ensuite substitué par un mouton. La dénomination Aïd Al Adha a plus de sens, Adha = sacrifice
Cette fête a lieu le 10ème jour du mois de dhou al-hijja, dernier mois du calendrier musulman et mois du pèlerinage, elle va clôturer le pèlerinage de la Mecque.

Cette fête ne fait pas partie des cinq piliers de l'Islam considérés comme obligatoires et faisant partie du dogme.
C'est une recommandation, mais elle est devenue au fil du temps, comme beaucoup de prescriptions islamiques, une obligation sociale. Des familles s'endettent pour pouvoir acheter un agneau le jour J.

Je suis sincèrement convaincue que c'est avant tout une fête qui symbolise le partage et les retrouvailles en famille. D'ailleurs la viande de l'animal sacrifié est supposée être entièrement partagée entre la famille et les nécessiteux. 
En France je vois surtout des gens stocker cette viande dans leurs congélateurs.


La question se pose depuis longtemps et les avis religieux diffèrent : le musulman peut-il donner de l'argent ou obligatoirement acheter un mouton pour accomplir cette recommandation. Si l'on est convaincu que Dieu a crée l'homme avec un cerveau et si l'on se réfère aux nombreuses fois où les versets du Coran appellent à réfléchir, il est évident que n'importe quel esprit sain conclura que l'on peut donner de l'argent en guise de Aïd al Adha. 

On peut arriver à la même conclusion sans référence religieuse, c'est juste logique


Cette année il est encore plus urgent de fêter ce jour spirituellement en famille en ayant la satisfaction d'avoir donner de l'argent à une association qui sauvera des vies humaines aujourd'hui et maintenant.
J'ai choisi de parler de l'association AAPFA_SPU (Association Amitié Populaire Franco Algérienne-  Savoir et Partage Universel) qui a toujours envoyé du matériel médical en Algérie et en Afrique. 

Cette année la situation en Algérie est catastrophique. C'est le 3ème pays qui enregistre le plus de décès par jour, et le personnel médical paye un lourd tribut (ci dessous la liste provisoire des décès). Sans médecins et soignants la situation ne pourra que s'aggraver.


Je ne suis pas algérienne et je n'ai ni famille ni proches en Algérie. Mon choix de soutenir cette association est avant tout guidé par le fait qu'elle dédie tous ses dons aux aides, pas de frais de fonctionnement inutiles, pas de personnels salariés, chaque euro donné servira à acheter du matériel médical et à terme à soigner des malades et à sauver des vies.



L'appel aux dons ne se conçoit pas pour moi en terme de communauté, si je lie cette fête musulmane à cet appel aux dons c'est surtout pour qu'à cette occasion les musulmans qui ont l'habitude de faire ce sacrifice, utilisent pour une fois ces centaines d'euros pour faire un don plutôt que pour acheter de la viande.

Toute personne croyante, pratiquante, non croyante, non pratiquante, algérienne, non algérienne est évidemment invitée à participer à cette cagnotte.

La mondialisation ce n'est pas que les marchandises et les services, l'humanitaire doit lui aussi dépasser les frontières et les origines. Nous devons tous nous sentir concernés par tous les appels à l'aide de par le monde.


Pour aider à sauver des vies pour le prix d'un mouton ou juste le prix d'une sortie au restaurant, voire même le prix d'une pause café, jetez un coup d’œil à cette cagnotte: participez, partagez et merci pour eux.

Liens utiles:




Liste établie par le syndicat national des médecins libéraux SNML ne comporte que les médecins et ne mentionne pas les autres professions du secteur de la santé (pas encore disponible). Liste que l'on espère ne pas voir se rallonger.

01- Dr. AKROUR Mohamed
Médecin généraliste libéral
Batna
02- Dr. ALLICHE
Médecin généraliste libéral
Blida
03- Dr. BAIOD Ahmed
Médecin interniste
Batna
04- Dr. BEDIAF Saïd
Médecin généraliste libéral
Bordj Bou Arreridj
05- Dr. BENDAKKICHE Yacine
Pneumologue libéral
Blida
06- Dr. BENHADJIRA Bahous
Médecin généraliste libéral
Ouargla
07- Dr. BENHAROUN El Hadj
Médecin généraliste libéral
Sétif
08- Dr. BENMEBAREK ALI
Médecin du travail
Alger
09- Dr. BENMERZOUGA Bensouna
Médecin généraliste libéral
Annaba
10-Dr. BEROUAL Chaaban
Chirurgien viscéraliste au CHU Sétif
Sétif
11- Dr. BOUARROUDJ Mohamed
Médecin généraliste libéral
Mila
12- Dr. BOUDIAF Said
Médecin libéral à Yachir
Bordj Bou Arreridj
13- Dr. BOUDISSA Wafaa
Médecin généraliste
EPH Ras El Oued
Bordj Bou Arreridj
14- Dr. BOUKARI Hamza
Pneumologue libéral
Blida
15- Dr. BOURAOUI Ahcen
Médecin généraliste libéral
Jijel
16- Dr. BRIMI Rabah
Médecin généraliste à El Eulma
Sétif
17- Dr. CHBILA Samir
Chirurgien orthopédiste et traumatologue
EPH Bachir Ben Nacer
Biskra
18- Dr. CHERCHAB Omar
Médecin généraliste libéral
Chlef
19- Dr. DEBOUZ Slimane
Médecin généraliste libéral à Berriane
Ghardaia
20- Dr. DJAMAAKBIR Noureddine
Médecin généraliste libéral
Blida
21- Dr. DJELLOULI Abdelkrim
Médecin généraliste libéral à Kouba
Alger
22- Dr. ELLOUAH Ahmed
Médecin biologiste
23- Dr. ELMACHRI Faouzi
Médecin généraliste
EPSP de Touggourt
Ouargla
24- Dr. HAMMOUDI Karim
Médecin coordonnateur Maison des diabétiques de Bouzareah
Alger
25- Dr. HAMOUDI Abdelkarim
Médecin généraliste
EPSP de Bouzareah
Alger
26- Dr. HASSI Abderrahmane
Médecin généraliste libéral
Tlemcen
27- Dr. HOUHOU Mohamed
Endocrino-diabètologue libéral
Biskra
28- Dr. KAZAOUI Hadj Brahim
Dentiste libéral
Laghouat
29- Dr. KAZOUAI Brahim
Dentiste libéral à Aflou
Laghouat
30- Dr. KEBAILI Farouk
Médecin généraliste libéral
Blida
31- Dr. KERMICHE Moussa
Médecin généraliste libéral
Boudouaou
32- Dr. KOBSI Bentaleb
Médecin retraité
Hôpital de Sougueur
Tiaret
33- Dr. LARIBI Benouali
Médecin généraliste libéral
Tiaret
34- Dr. LATERECHE Salim
Médecin généraliste
EPH Kherrata
Béjaïa
35- Dr. LERARI Djamal Eddine Dentiste libéral à Bouzareah
Alger
36- Dr. MEFTOUH Abdelhalim
Médecin généraliste
EPSP Chebli
Blida
37- Dr. MEKKAOUI Attia
Médecin chef de service Covid-19
Hôpital de Djelfa
Djelfa
38- Dr. MIHOUB Noureddine
Médecin généraliste libéral
Sidi Embarek
39- Dr. MILOUDI Abdelhamid
Médecin généraliste libéral
El Oued
40- Dr. NABTI Elhadi
Médecin interniste libéral
Alger
41- Dr. OURABAH Abdelhamid
EPSP Ain Sefra Cité El-Hammar
Naâma
42- Dr. RAHAL Ahcene
Médecin généraliste
Bouira
43- Dr. SAADNA Kitoum
Dentiste libéral à Ras El Oued
Bordj Bou Arreridj
44- Pr. SI-AHMED El-Mahdi - Médecin chef de Service de Chirurgie Viscérale au CHU de Blida
Blida
45- Dr. TAOUAT Mohamed - Médecin généraliste libéral à Eucalyptus
Alger
46- Dr. TILMATINE Abdennour - Médecin généraliste
EPSP Bouchnafa - Sidi M'Hamed
Alger





dimanche 7 juin 2020

Listes électorales: où sont les noirs et les arabes?





Le décès de George Floyd, aux Etats Unis sous le genou d'un policier, requalifié en meurtre, a fait resurgir le débat sur les violences policières en France envers les populations noires et arabes. La réflexion peut être élargie aux autres formes de violence non physiques qui laissent de côté tout un pan de la population française: les noirs et les arabes. Beaucoup de questions et peu de réponses. Les termes blancs, noirs et arabes  n'ont évidemment aucune connotation raciste. Le fait même de devoir le préciser est révélateur du rapport que l'on a en France avec la diversité.


La police est-elle raciste? Les français sont-ils racistes? Y-a-t-il un racisme d'Etat?
Non, non et non. Il y a DES policiers racistes qui abusent en toute impunité de leur pouvoir. Il y a DES français racistes. Et l'Etat n'est pas raciste, il n'y a pas de lois écrites qui donnent moins de droits aux noirs ou aux arabes.




Les noirs et les arabes français, qui ne sont pas tabassés dans une ruelle, jetés dans la Seine ou étouffés sous le poids d’un policier, sont-ils pour autant considérés comme des français à part entière, se sentent-ils respectés ?



En France, à niveau social identique, un noir et un arabe a-t-il les mêmes chances de réussite professionnelle qu’un blanc ? Non, et là ce sont les lois non écrites de la discrimination.

Pourquoi un noir et un arabe doit il justifier de sa légitimité à occuper un poste que l’on suppose être un poste de blanc ?

Pourquoi on embauche sans problème et rapidement une femme arabe à un poste de femme de ménage, mais si un homme noir postule à un poste à responsabilité, et que par miracle son CV arrive au stade entretien, tout le service RH va se mettre en branle pour vérifier s’il a vraiment toutes les compétences requises ? Et cette entreprise se demandera s'il n'est pas plus prudent au final de recruter un blanc, même avec moins de compétences ?


Comment expliquer ce manque de considération quasi institutionnalisé ? Il fut un temps où la génération issue de l’immigration n’avait pas les formations requises et était de facto cantonnée à des métiers sans qualification. Mais pourquoi en 2020 des noirs et des arabes avec des diplômes et des formations très poussées sont-ils toujours considérés comme moins légitimes à occuper certains postes ?

Ces français de seconde zone sont pour la plupart devenus autoentrepreneurs par défaut, ou se sont résignés à un déclassement social pour pouvoir vivre. D’autres vont briller dans le sport professionnel ou la musique, là où ils ne semblent déranger personne. Même si là aussi on se souvient qu'en 2010 certains dirigeants de la fédération française de football, parmi lesquels Laurent Blanc sélectionneur des Bleus, trouvaient qu'il y avait trop de noirs et d'arabes dans le football français

Faut il encore plus de lois, comme on sait si bien le faire en France, pour forcer les mentalités à changer? Justement les lieux où tout se décide et où tout se légifère sont encore largement blancs. 
Le monde politique national et local est le foyer principal de cette discrimination, de cette déconsidération. 



En cette période électorale, sur les listes municipales, tous partis confondus, on ne va trouver qu'un ou deux noirs ou arabes aux places éligibles. Les partis de gauche et écologiques sont d’ailleurs les plus forts à ce petit jeu de coloriage des fins de listes. Ces partis qui ont toujours assignés les arabes et les noirs à des quartiers et à une idéologie politique.



Sur beaucoup de listes métropolitaines, la métropole ce nouveau lieu de pouvoir, on ne retrouve même plus de noirs ou d’arabes aux places éligibles. Et quand il y en a, ce sont des femmes pour faire deux quotas en un. 



Voici un exemple très significatif qui a eu lieu dans une ville moyenne à la veille du dépôt des listes pour le second tour des municipales du 28 Juin 2020 : une liste A avec à sa tête un arabe a eu plus de voix qu’une liste B avec à sa tête un blanc. Le tête de la liste B propose une fusion avec la liste A à condition que B soit tête de liste malgré un pourcentage de voix plus faible. Pourquoi ? parce que les gens voteront plus facilement pour un blanc, parce qu’il a fait une grande école d'ingénieur, parce qu'il est issu d’une grande famille connue etc…. Et pourtant la tête de liste A, qui est maghrébin, a aussi fait des études, a aussi eu un diplôme etc…. La liste A a évidemment refusé cette fusion raciste, paternaliste.

Refuser d’être dans une liste électorale avec un arabe en tête de liste est-ce du racisme ? Refuser d’avoir un supérieur hiérarchique noir ou arabe, ne pas supporter de voir des arabes et des noirs plus compétents est-ce du racisme ? accepter les arabes et les noirs uniquement pour qu’ils fassent le boulot ingrat pour en récolter les fruits, est-ce du racisme ? Pourquoi les personnes aux places éligibles sur les listes électorales ne sont pas majoritairement noires ou arabes?


Au final est-ce un ressenti ou une réalité ? Nous n'aurons jamais de réponse scientifique tant que les statistiques ethniques seront interdites en France. Nous ne pouvons que nous baser sur les patronymes et les phénotypes pour évaluer le manque de représentativité des noirs et des arabes en politique, donc dans les lieux de pouvoir.



Comment peut-on alors reprocher aux arabes et aux noirs de se retrouver entre eux quand personne ne leur permet de participer à la vie publique et politique au même titre que les blancs ? 

Pourquoi une liste électorale où la majorité des colistiers sont noirs et arabes est-elle considérée comme communautariste ? Pourquoi une liste où la majorité des colistiers sont blancs n’est pas considérée comme communautariste ?



Les quotas avaient pour objectif de permettre à tous les français d’intégrer le monde politique, or ce racisme, cette discrimination, ce mépris des partis politiques persistent. 

Au bout de combien de générations, ces français "éternellement issus de l'immigration" seront-ils reconnus pour leurs compétences sans être ramenés à l'origine de leurs ascendants et sans avoir besoin de prouver plus que les autres leur légitimité?



Les femmes et les hommes noirs et arabes de France ne pourront s’exprimer et participer aux prises de décisions du pays qu’en créant leurs propres partis politiques. Les plus réticents à ce repli sur soi sont obligés d'y adhérer, la mort dans l'âme. 

En attendant, le 28 Juin 2020 nous pourrons compter sur la moitié des doigts de la main les maires arabes ou noirs en France. N'oublions pas que la France a failli avoir un président noir Gaston Monnerville il y a de cela 50 ans, il ne faut jamais se résigner.

samedi 1 février 2020

Grèce: l'Odyssée du militant marocain Hamza Haddi


Hamza Haddi
"Malheureux qui comme Hamza a fait un long voyage
Et comme cestuy-là qui cru conquérir sa liberté
Et s'est retrouvé accusé sans pouvoir protester
Supportant sa prison grecque avec courage"


Comme Ulysse, Hamza Haddi est tombé de Charybde en Scylla. Il a entrepris un long périple pour fuir la répression marocaine et a fini dans une prison grecque.

Hamza Haddi, militant marocain de 25 ans, est en prison en Grèce depuis le 22 Juillet 2019. Accusé de "trafics humains", son procès aura lieu le 4 Février 2020.

Ancien militant du mouvement du 20 février, Hamza Haddi était un membre actif de l'AMDH (Association Marocaine des Droits Humains).
Ses activités militantes lui ont valu plusieurs arrestations au Maroc ainsi que des désagréments à sa famille. Hamza et son frère Yassine, sans en informer personne, ont décidé de quitter le Maroc pour rejoindre leur soeur en France et y faire une demande d'asile.
Ils se rendent en Turquie où ils font connaissance avec deux autres marocains Mohamed et Reda. Le passeur auquel ils ont recours pour aller en Grèce les abandonne le 22 juillet, sur une île au milieu du fleuve Evros, qui fait frontière.
Ils finissent la traversée sur une embarcation de fortune trouvée sur place et arrivent sur l'autre rive sous les tirs des policiers grecs qui les y attendent. Ils seront déshabillés, et humiliés avant d'arriver au commissariat.

Les policiers désignent Hamza Haddi et un de ses compagnons, Mohammed Haddar, comme étant des passeurs. 

Réda qui était la seule personne du groupe à parler anglais a été amené à signer les documents en grec de son interrogatoire. Il n’a pas pu avoir droit à un traducteur ni à une version traduite des documents. Contrairement aux déclarations de Reda, les documents  retranscrits par la police désignaient Hamza et Mohammed comme des passeurs.

Accusés, en l’absence de preuves, de transfert illégal de personnes, Hamza Haddi et Mohammed Haddar ont d'abord été détenus à Orestiada puis transférés à la prison pénale de Komotini le 30 juillet 2019. La demande de mise en liberté provisoire soumise par leur avocat commis d’office a été rejetée.
«Il est inconcevable qu’un jeune militant des droits humains soit un trafiquant qui s’enrichirait des routes migratoires européennes», fustige Mahjouba Karim, présidente de l'AMDH section Salé qui va se rendre à Komotini pour soutenir les accusés.

Yassine, le frère de Hamza, actuellement en Grèce devrait témoigner durant ce procès, en effet il avait eu peur de se présenter lors du 1er procès le 18 décembre 2019 qui fut  justement reporté,  au 4 février 2020, pour absence de témoins.


L'AMDH-Europe, à travers un communiqué a appelé à :
-La libération immédiate de Hamza Haddi et Mohamed Haddar
-La solidarité des organisations de défense des droits humains et de toutes les forces démocratiques pour que les charges à l’encontre H.Haddi et M. Haddar soient abandonnées




https://www.lepotsolidaire.fr/pot/pkmbi3qi

dimanche 26 janvier 2020

Davos, la photo qui fait polémique


Vanessa Nakate, Greta Thunberg, Isabelle Axelsso, Loukina Tille, Luisa Neubauer

Vanessa Nakate est une militante climatique Ougandaise de 23 ans qui a participé cette semaine au Forum économique mondial de Davos.

Elle s'est engagé pour le climat en 2018, d'abord seule devant le parlement ougandais pour protester contre la passivité du gouvernement face au changement climatique. Elle sera ensuite rejointe par plusieurs jeunes suite à ses appels sur les réseaux sociaux.

Vanessa Nakate crée le mouvement Youth for Africa et le Rise up Movement.

A Davos, Vanessa Nakate ainsi que d'autres activistes du climat, les Suédoises Greta Thunberg et Isabelle Axelsso, la Suisse Loukina Tille et l'Allemande Luisa Neubauer ont donné vendredi une conférence de presse à Davos.
Pour illustrer un de ses articles, l'agence de presse américaine AP a utilisé une photo sur laquelle l'Ougandaise a tout simplement été coupée."Pourquoi m'avez-vous retirée des photos? Je faisais partie du groupe", s'est indignée Vanessa Nakate qui ajoute avoir pour la première fois de sa vie compris la définition du mot "racisme".


"Nous ne méritons pas cela. L'Afrique est le continent qui émet le moins de carbone, mais 
nous sommes les plus touchés par la crise climatique... Effacer nos voix ne changera rien. Effacez nos histoires ne changera rien".
Et comme si cela ne suffisait pas d'autres médias ont confondu Vanessa Nakate avec la militante zambienne Natasha Mwansa.



Greta Thunberg a apporté son soutien à Vanessa Nakate trouvant cela inacceptable. 


Ce triste incident rappelle celui de la championne d'athlétisme française Myriam Soumare en 2010. Invitée à l'Elysée avec les autres sportifs suite aux championnat d'Europe d’athlétisme.
On voit Myriam Soumare dans la photo avec les athlètes mais elle n'est pas invitée pour la photo officielle avec le président de la république Nicola Sarkozy. Dans ce cas ce n'est pas sa couleur qui dérangeait mais le bandana qui couvrait ses cheveux. En effet la veille on lui avait demandé de venir les cheveux découverts à l'Elysée.

Il serait temps de respecter les spécificités de chacun et d'accepter que tous les continents et tous les peuples soient à pieds d'égalité dans les grands événements internationaux tous domaines confondus.








lundi 20 janvier 2020

Conférence de Khadija Ryadi à Lyon





Khadija Ryadi




Khadija Ryadi sera à Lyon le 23 Janvier 2020 pour une conférence sur "La situation des Droits Humains au Maghreb".

Les associations Coup de Soleil en Auvergne Rhône-Alpes et Forum de solidarité euro-méditerranéenne (FORSEM) organisent cette rencontre à 19h00 à la Maison des passages 44 rue Saint-Georges 69005 Lyon.

Militante discrète, Khadija Ryadi, née le 27 décembre 1960 à Taroudant, est une femme engagée qui se bat entre autre pour la cause des droits de l’Homme au Maroc. Elle fut la première femme à occuper le poste de présidente de l'Association marocaine des droits humains (AMDH) de 2007 à 2013. L'AMDH est l'organisation indépendante de défense des droits humains la plus importante du Maroc.



En 2013 Khadija Ryadi remporte le prix des Nations unies pour les droits de l'homme. Ce prix est décerné par l'Organisation des Nations unies "aux personnes ou associations qui ont accompli un travail remarquable pour protéger ou promouvoir les droits de l'homme".
Elle dédia ce prix à tous les prisonniers politiques et d'opinion au Maroc.
Khadija Ryadi coordonne la CMODH (Coordination Maghrébine des Organisations des Droits Humains)

Pour Khadija Ryadi la situation des droits humains au Maroc est en régression depuis quelques années et l’État s’est transformé progressivement en un régime policier. La dissidence est violemment réprimée et la justice instrumentalisée.

Khadija Ryadi avait par ailleurs salué "le peuple algérien pour sa lutte contre le cinquième mandat" et appelé "toutes les forces démocratiques de la région à soutenir le peuple algérien".
Cette conférence permettra de faire le point sur les droits de l'homme au Maghreb et plus particulièrement au Maroc.
Après les lourdes peines infligées aux prisonniers du Hirak jusqu'à 20 ans de prison ferme, nous assistons dernièrement à des arrestations de journalistes, d'artistes et d'internautes pour leurs écrits sur les réseaux sociaux (un rappeur condamné à un an de prison ferme, un lycéen à 3 ans de prison ferme...)
Comment peut on sortir de cette spirale répressive et autoritaire ?